>>>Historique

La Fédération Évangélique de France nous classe parmi les C.N. (communautés Nazaréennes). En Suisse, Allemagne et en Autriche, elles se regroupent sous le sigle E.T.G. (Evangeliche Taüfer Gemeinden). Dans les Balkans, ces communautés se nomment encore Nazaréen, aux Etats-Unis ils ont adoptés l'appellation "Église Chrétienne Apostolique".

Elles doivent le jour à un pasteur suisse Samuel-Henri Froehlich, né en 1803 à Brugg en Argovie. Il est issu d'une famille huguenote française, les De Joyeux, réfugiée en Suisse après la Révocation de l'Edit de Nantes de 1685.

Après des études de théologie à Zurich et à Bâle, il épouse les idées rationalistes en vogue à cette époque, puis devient pasteur à Leutwil. Peu de temps après, il découvre la foi personnelle et vivante en Jésus-Christ et commence à prêcher partout avec insistance, le réveil, la repentance et la conversion dès 1828.

Hélas, cette prédication biblique ne plaît guère à l'Église Nationale de Zurich, plutôt rationaliste qu'évangélique. En 1830, Froelich est chassé de cette église et se voit obligé, malgré lui de fonder un groupement baptiste indépendant.

Partout interdit de séjour, ce prédicateur infatigable erre à travers la Suisse. Enfin en 1833, à Hauptwil, Thurgovie, il rassemble des croyants et forme un communauté désirant fonder son existance uniquement sur la Bible. Après 1840, Froehlich s'installe à Strasbourg où règne plus de liberté. Sa prédication est couronnée de succès et plusieurs communautés se forment dans le Nord de l'Alsace et en Moselle : Illkirch, Strasbourg, Reichshoffen, Gumbrechtshoffen, Niderbronn-les-Bains, Bishwiller et Zinswiller ainsi qu'à Mouterhouse et Baerenthal.

Ces communautés adoptent le terme "nazaréens' parce qu'elles subissent les mêmes persécutions que les chrétiens de l'Église primitive de la part des Juifs qui désignent Paul comme "le chef de la secte des nazaréens" (Actes 24:5).

Entre temps, à la fin de l'année 1844, Froelich émigre aux Etats-Unis où ses fidèles se regroupent en une Église Chrétienne Apostolique. Il ne reste pas longtemps outre-Atlantique. Il revient en France et s'installe définitivement à Strasbourg où il meurt en 1857. Les 40 000 membres de ces églises issues du travail d'évangélisation et d'affermissement de S.H. Froehlich sont dispersés en Europe ; Allemagne, France, Suisse, Autriche, Balkans et en Amérique : Brésil, Etats-Unis, Argentine, Uruguay.

De très fortes communautés existent en Hongrie où elles sont au nombre de 112 avec 3300 membres.

Nos communautés possèdent en Europe, deux maisons de retraite spirituelle et de jeunesse : le CREDO à Wilderswill (CH) et la Lindenswiese (D) près du lac de Constance.

Un organisme d'entraide et de soutien "la Hilfe" qui est très utile actuellement pour venir en aide aux frères des pays de l'ancien bloc communiste.

Un organisme de soutien aux missionnaires issus ou non de ces communautés : E.M.D. (Evangelischer Missiondienst) dont le siège est à Bâle.

Chaque communauté est dirigée par un conseil d'anciens qui n'ont pas forcément suivi des cours d'instituts biblique mais qui possèdent une solide connaissance de l'Ecriture Sainte, exerçant leur ministère en plus de leur métier.

Comme le terme de "nazaréen" est incompréhensible pour le Français moyen, il tend à disparaître. Notre église comme celle de Bishwiller se fait connaître tout simplement par son emplacement dans la ville. Ces deux églises sont aussi membres de la F.E.F. ainsi que celle de Nancy et celle de Saint-Georges.

En ce qui concerne plus particulièrement l'église de Mulhouse, on peut noter ceci :

Dès le milieu du siècle dernier quelques croyant se réunissaient dans les maisons. Des artisans qui avaient trouvé la foi, en voulant se perfectionner dans leur métier, allaient de maître en maître et par conséquent de ville en ville et propagèrent ainsi la Bonne Nouvelle.

C'est ainsi qu'à Mulhouse vinrent s'installer différents artisans dont beaucoup d'entre nous ont connu des descendants : les Bigler, Grollimund venant de Suisse ; Les Lampel, Nubel, Rosner, Döbelin venant de l'Allemagne du Nord.

En 1921 cette communauté s'est fait enregistrer légalement comme association cultuelle.

En 1925, l'église a acquis une salle rue des Tilleuls (actuellement Armée du Salut). Mais en 1941 les anciens de l'époque, les frères Bigler et Dick furent convoqués par la Gestapo pour se faire signifier sur tout rassemblement des croyants est dorénavant interdit. L'Église de la Bonne Nouvelle (actuellement rue des charpentier) qui ne tombait pas sous les foudres de ce décret, se réunissait à partir de cette date dans cette salle.

Après la guerre l'église pouvant de nouveau se réunir dépendait de l'Église de Bâle.

A la fin des années 60, Pierre Klauer de la Mission Européenne d'Evangélisation, s'est occupé tout particulièrement de structurer l'église et grâce à son travail "à plein temps" le nombre de membre à sensiblement augmenté.
Une salle dans les dépendances du magasin Grollimund a été équipée pour permettre les réunions et activités de la semaine. Mais ne répondant plus aux normes de sécurité nouvellement mise à jour, Dieu a merveilleusement répondu à nos prières en nous permettant, grâce au don des terrains par un frère Suisse, et aux relations amicales de notre frère Willy Bigler, de nous installer en 1976 dans la salle que nous connaissons actuellement.

Que la grâce de Dieu continue à reposer sur ces lieux.

Copyright© 2009 Eglise évangélique de la rue des Taillis : libre copie sous demande
Ecrire au Webmaster pour toute question ou remarque sur le site.